L’eau de la rosée

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager surLinkedIn
Partager sur Pinterest
+

Une ressource de la rosée, de qualité & inépuisable

Le plus grand défi lancé à la planète et à ceux qui la peuplent

De tout temps en tous lieux, l’eau a toujours été l’élément central de la vie, des hommes comme de la nature.
Cette réalité supplante aujourd’hui tous les autres défis qui nous sont lancés.
La prédominance du pétrole avait dessiné la carte des rapports de force dans le monde. Aujourd’hui, l’eau en prend le relais. Ses enjeux humains, économiques et politiques engagent la survie de toutes nos ressources et des générations montantes.

l'eau de rosé

Face au développement et au sous-développement durables

L’intensification du problème est directement liée au niveau de vie, à la croissance démographique, aux conditions et changements climatiques et à la pollution environnementale.
Dans les régions les plus favorisées, la consommation journalière d’eau oscille entre 100 et 350 litres par personne,
– alourdissant la facture énergétique du consommateur et son impact carbone,
– appauvrissant les ressources naturelles, au titre de l’exigence démesurée des besoins agricoles, industriels, collectifs et domestiques,
– nécessitant des traitements onéreux et polluants pour la rendre propre à la consommation et à son recyclage.
Dans les régions les moins favorisées, cette consommation varie de 70 litres (pour les mieux lotis) à une totale pénurie (pour la majorité des autres),
– provoquant soif et famine endémiques,
– générant une mortalité vertigineuse,
– déclenchant des maladies incurables et transmissibles,
– aboutissant à plus d’un milliard d’individus sans accès à l’eau potable,
– pouvant alimenter l’émergence de foyers propices à l’éclosion de conflits armés.

L’Indépendance Hydrique est maintenant une réalité, pour tous !

Les principales sources d’eau douce originelles sont les fleuves, lacs et nappes phréatiques, exploitables grâce aux barrages, pompages et forages.
Les mers et océans fournissant de leur côté, le solde des ressources aquatiques disponibles, à travers des procédés de distillation ou d’osmose inverse.
Ces diverses sources de production engendrent les faits chroniques suivants :
– un prélèvement continu et exponentiel de nos ressources épuisables ;
– des agressions du sol par forages et puisages permanents et de plus en plus profonds ;
– des traitements d’assainissement et de dépollution générant de nombreux résidus chimiques ;
– une accumulation de saumures polluantes non recyclables, résultant de la désalinisation, accompagnée d’une destruction de la faune et de la flore marines ;
– des engagements budgétaires massifs en infrastructures de production,stockage et acheminement, jusqu’aux lieux de consommation (les usines de désalinisation se trouvant notamment en bordure de mer ou d’océan) ;
– une pollution accrue par la consommation d’énergie fossile conséquente (de 300 à 800 KW le m3) ;
– une facture énergétique importante pour le consommateur final, soumis au gré (et à la merci) d’opérateurs monopolistiques.
Ce rapport alarmant et déséquilibré entre le « prendre à la terre » et le « rendre à l’homme », éclaire notre vision, aujourd’hui devenue une réalité, après 7 ans d’études, de mise au point et de tests en grandeur nature.

L’alternative « atmosphérique », revisitée par notre technologie

 

L’air ambiant est aspiré et conduit sur des plaques d’inox refroidies au-dessous du point de rosée, pour que son humidité se condense et produise de l’eau. Celle-ci est alors récupérée dans un bac, prête à l’usage et à la consommation.
Le cas échéant comme sur ce schéma, elle peut être stockée dans une cuve de rétention, de très gros volume.

Les avantages de notre technologie atmosphérique sont incomparables, écologiquement et économiquement :

site isolé pour l'agriculureUnité de production de l’eau de la rosée pour un site isolé pour l’agriculture.
– les réserves d’eau (dans l’air) sont inépuisables, constamment renouvelables et recouvrent la totalité de la planète,
– 100% écologique, elle ne pollue ni ne dégrade les ressources de la terre et des océans,
– elle délivre une eau naturelle, chimiquement très peu chargée, aussi pure que la rosée du matin,
– elle est facilement et économiquement associable à tout traitement chimique, dans le cas d’un environnement très pollué,
– pour une production de moins de 10 m3 par jour, elle tient dans un ensemble compact et mobile, utilisable sur le lieu même de consommation,
– elle offre une totale autonomie d’approvisionnement et de gestion de la ressource en eau,
– sa faible consommation énergétique lui permet d’être 100% autonome, en se satisfaisant d’une simple solution éco énergétique (solaire, éolien, batteries…)
– son prix de revient au litre d’eau devient négligeable et « l’empreinte eau » de ce fait, est réduite à néant.
– elle délivre une eau potable, en toutes circonstances

-L’Eau de pluie ne contient aucuns minéraux et oligo-éléments, c’est son passage dans les impluviums alimentant les nappes phréatiques, qui amène ces apports. En conséquence de quoi, l’Eau de rosée produite par nos unités industrielles se substitue parfaitement à l’Eau de pluie, offrant de plus les avantages d’être sans pollution, sans nitrate, sans pesticide, sans chlordécone.  Cette nouvelle ressource hydrique est donc conforme à la réglementation Européenne en matière d’approvisionnement d’Eau naturel. C’est l’assurance d’un approvisionnement permanent et non aléatoire et surtout d’être amortissable dans le temps.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager surLinkedIn
Partager sur Pinterest
+

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!